07 mai 2007

Ouf, c'est fini (!): lisez Paul Auster et Hanif Kureishi

Le rideau est tombé hier soir en même temps que le verdict des électeurs: Nicolas Sarkozy est notre président de la République et tous les observateurs de la campagne présidentielle qui s'achève en tireront des leçons :

Que l'on soit hommes ou femmes politiques, simples citoyens jeunes ou moins jeunes, sondeurs, analystes politiques, journalistes, nous retiendrons tous de cette campagne, ses enseignements: sur le rôle de la femme politique telle qu'elle le perçoit et tel qu'il est perçu par ses pairs (et leurs impairs); sur la place de la femme "aux côtés" de l'homme politique (mais où était passée Cécilia???); sur la place des médias et -nouveauté -de l'Internet des blogs; sur la pugnacité; sur la permanence des jeux politiciens au-delà des générations; sur les séquelles du gaullisme et du socialisme; sur l'ampleur du naufrage des partis extrêmes; sur les trahisons petites et grandes et les revirements avoués (et plus qu'à moitié pardonnés); sur la cruauté de l'univers médiatique; sur le(s) grain(s) de sable qui font défier les trajectoires et changent des vies...On se croirait dans un roman de Paul Auster.

A propos de roman, je viens de lire coup sur coup deux livres que je recommande. Le 1er est de JMG le Clézio et s'intitule simplement "l'africain". Le Clézio y décrit avec une minutie quasi-documentaire l'Afrique de son père; oui, l'Afrique qui lui a enlevé son père...et le lui a rendu. Si vous aimez les ambiances envoûtantes, mystérieuses de le Clézio, courez vite acheter ce petit livre. Il y est aussi question de pardon.

Le 2ème est écrit par Hanif Kureishi. "My beautiful Laudrette" ç'était lui; "Sammy et Rosie s'envoient en l'air" ç'étaient lui aussi. Cet auteur anglo-pakistanais connaît Londres et l'aime comme personne. Dans ce livre, "Le don de Gabriel", Kureishi situe l'action, toujours à Londres, dans une ville en pleine évolution urbaine et sociale. Gabriel est l'enfant unique de Rex et Christine, 2 "enfants "de Mai 68 ou de ce qui en tenait lieu en Angleterre, nourris au blues, au rock et au pop et au H. Gabriel est fils unique parce qu'il avait un frère jumeau qui est mort et qui continue à lui parler, à le conseiller, notamment pour...coacher ses parents; les adapter à la cruauté du monde capitaliste. Les dialogues sont savoureux, inattendus et, si Gabriel paraît être le seul adulte de la famille, ses parents n'en ont pas renoncé pour autant à jouer leurs rôles respectifs...et c'est grâce à leurs relations de jeunesse de Gabriel va découvrir et enfin exploiter son "don". .C'est un livre sur la recherche de repères, dans un univers qui change; un livre sur le refus du désespoir même quand le quotidien est sombre. A lire d'urgence à l'heure où on nous promet un monde meilleur !

Posté par marionline à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Ouf, c'est fini (!): lisez Paul Auster et Hanif Kureishi

Nouveau commentaire