23 juin 2007

Leçons de campagne

Au-delà des surprises politiques qu'elle nous a réservé, la saison politique aura aussi innové en matière de communication politique: ses baby-boomers sont-ils si différents de leurs aînés en politique ou est-ce la communication politique qui, aujourd'hui, les expose nus à nos regards avides?

Jusque là, la communication politique ou plutôt la communication des politiques a obéï à des règles, voire des dogmes inébranblables: aucune information sur la vie privée, sinon de belles images sur papier glacé; aucune attaque publique contre son propre camp; et, en matière de camp, des frontières bien tranchées.

Paradoxalement, c'est un vieux de la vieille qui a ouvert les vannes après avoir implacablement pourchassé tous ceux qui menaçaient de le faire. Bien sûr, je parle de François Mitterrand qui a soudainement mis sa vie privée à la Une des gazettes en projetant en plein jour sa fille Mazarine, tenue soigneusement cachée jusque là (jusqu'à voyager couchée à l'arrière des voitures, selon ses propres confidences).

Mais il faudra attendre les derniers mois du quinquennat Chirac, en plein délitement de la vie politique, pour assister à la 1ère sortie politique d'un homme...contre son propre camp. Je revois François Fillon, la mâchoire serrée, proférer, à sa sortie de l'Elysée:"Du mandat Chirac on ne se souviendra que de mes propres réformes".

En digne socialiste, Ségolène Royal a aussi choisi le jour et l'heure et quel jour ! Voilà qu'en pleins résultats des élections législatives, nous apprenons que Madame Royal a demandé à François Hollande de quitter le domicile commun. Et d'annoncer, dans la foulée, qu'elle l'a fait pour cause d'"histoire sentimentale": M. Hollande la trompe, nous apprend-elle.

Jusque là, tout reste "under control": Comme Mitterrand, Royal a contrôlé de bout en bout la communication sur sa vie privée, ne laissant jamais transparaître le moindre état d'âme. Si la teneur du discours a changé en dévoilant des pans de la vie privée, son momentum est resté immuable. Preuve que la gauche (et ses femmes) n'ont pas le monopole du coeur !

Et s'il fallait d'autres preuves, elles sont tombées, ces derniers jours, comme s'il en pleuvait. Ainsi avons-nous vu Borloo verser une larme sur le sort de Juppé et ce dernier, blanc comme un linge, que l'avons-nous entendu lacher aux journalistes:"Vous seriez contents si je pouvais crever"!

Et les exemples foisonnent d'hommes et de femmes politiques qui, soudain, se déboutonnent; laissent entendre leur jalousie, leurs griefs et autres désirs peu avouables en général. Comme Madame Bachelot, sans doute ulcérée par la promotion de femmes de couleur jeunes et belles, marmonnant que si Rama Yade avait été, "en plus", lesbienne et handicapée, elle serait premier ministre; A propos de femmes jeunes et belles, le discours de Rachida Dati détonne aussi; ses airs de midinette, quand elle parle de Nicolas Sarkozy "sans qui" elle ne serait "pas là".

Jusqu'à la traîtrise, aujourd'hui réhabilitée, voire encouragée: Après Besson, nous avons assisté à un déferlement socialiste vers le camp Sarkozy. De Kouchner à Bockel, en passant par Hirsch, Attali, Jouyet..., il est de bon ton aujourd'hui de "faire bouger les lignes"...en passant au-dessus.

D'ailleurs, le discours proprement politique a changé et de nouvelles expressions ont fait leur apparition. Il y'a de quoi faire un livre d'analyse de la transition du langage politique. "Faire bouger les lignes" en fait partie.

Posté par marionline à 17:37 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Leçons de campagne

    bull

    Agréable de voir son blog.its vraiment intéressant.

    Posté par Jenifer, 28 septembre 2009 à 11:26 | | Répondre
  • Bon à lire statistique belle de ce blog! Continuez à nous envoyer plus de nouvel article à l'avenir. J'attends d'elle ..
    Regards
    Katelyn Jones
    Data Recovery Software

    Posté par Katelyn Jones, 24 février 2010 à 11:09 | | Répondre
  • slt

    es d'un coup d'épaule on enfonce encore des portes ouvertes allez encore un peu
    slt

    Posté par william, 25 juin 2007 à 16:32 | | Répondre
  • slt

    es d'un coup d'épaule on enfonce encore des portes ouvertes allez encore un peu
    slt

    Posté par william, 25 juin 2007 à 16:33 | | Répondre
Nouveau commentaire